Les séjours de recherche à l’École française de Rome

Des chercheurs en SHS, en formation ou confirmés, venus d’horizons toujours plus variés et aux profils tournés vers l’international, sont accueillis à l’École française de Rome. Ils mènent leurs recherches personnelles, participent à des programmes collectifs, et séjournent sur place pour la durée d’une rencontre scientifique ou d’un « terrain », mais aussi pour des périodes plus longues (un ou plusieurs mois, voire une ou plusieurs années).

Par Olivier Dong

Fondée en 1875, l’École française de Rome est un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel, placé sous la tutelle du ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche. Elle est membre du réseau des Écoles françaises à l’étranger (EFE).

Bibliothèque de l'Ecole française de Rome, crédit Franco Bruni

Bibliothèque de l’Ecole française de Rome, crédit Franco Bruni

L’École française de Rome a pour mission fondamentale la recherche et la formation à la recherche dans le champ de l’archéologie, de l’histoire et des autres sciences humaines et sociales, de la Préhistoire à nos jours. Son domaine d’intervention privilégié couvre un espace comprenant Rome, l’Italie, le Maghreb et les pays du Sud-Est européen proches de la mer Adriatique. Elle collabore à des programmes de recherche internationaux à travers des chantiers archéologiques et des rencontres scientifiques. Elle publie chaque année plus d’une vingtaine de volumes dans ces domaines et une revue biannuelle, les Mélanges.

Elle met à la disposition des chercheurs de tout pays ses ressources documentaires, en particulier sa bibliothèque spécialisée, riche d’environ 220 000 volumes, située au deuxième étage du Palais Farnèse.

L’EFR accueille chaque année des doctorants (boursiers et doctorants sous contrat), de jeunes chercheurs (membres), ainsi que des enseignants-chercheurs, chercheurs et autres personnalités scientifiques plus confirmées : chercheurs résidents, chercheurs mis à disposition par le CNRS et chercheurs partenaires des programmes scientifiques.

Outre les lecteurs de la bibliothèque (environ 22 000 entrées par an), près d’un millier de personnes fréquentent ainsi l’EFR chaque année, pour des séjours qui vont de quelques jours à l’année entière.

Les bourses de l’École française de Rome

L’occasion pour des doctorants de mener leurs travaux de recherche en ItalieVue arienne centre antique de Rome

L’École française de Rome propose chaque année cent-cinquante mensualités de bourse, destinées à assurer l’accueil temporaire de jeunes chercheurs dont les travaux nécessitent un séjour en Italie.

Ces bourses ont pour mission principale d’aider les doctorants au cours de leur travail de thèse.

Les candidats doivent remplir l’une des conditions suivantes :

  • soit être inscrits en doctorat :
    • dans une université française
    • en co-tutelle avec une université française
    • dans un établissement d’enseignement supérieur et de recherche français (École normale supérieure, École nationale des Chartes, École pratique des hautes études, École des hautes études en sciences sociales, Institut d’études politiques, etc.)
  • soit provenir de pays où travaille l’École :
    • Maghreb : Algérie, Maroc, Tunisie
    • Balkans : Albanie, Croatie, Serbie, Slovénie

Les candidats doivent avoir déjà bien défini leur sujet de thèse avec l’aide de leur directeur.

La durée de séjour demandée (un ou deux mois) doit être en cohérence avec le programme de travail. Le lieu du séjour doit être fonction du programme de travail ; des déplacements à l’intérieur de l’Italie sont admis s’ils sont motivés ; les frais de voyage ne sont pas remboursés.

Deux sessions de sélection sont organisées chaque année, au mois d’avril (dépôt des dossiers au plus tard le 31 mars) et au mois d’octobre (dépôt des dossiers au plus tard le 30 septembre)

Pour en savoir plus

Les postes de « membre de l’École française de Rome »

Une formation de prestige pour les jeunes chercheurs

L’École française de Rome accueille chaque année au mois de septembre, pour une période d’un an, éventuellement renouvelable deux fois, des membres scientifiques qui se consacrent à des travaux de recherche dans les domaines relevant de l’établissement, répartis en trois sections :

  • l’Antiquité,
  • le Moyen Âge
  • les Époques moderne et contemporaine.

Pour en savoir plus

Un dispositif récent pour les chercheurs confirmés

Paestum, crédit Centre Jean Bérard

Paestum, crédit Centre Jean Bérard

Les Écoles françaises à l’étranger ont mis en place depuis la rentrée 2012 le statut de chercheurs résidents dans leurs établissements.

À l’École française de Rome (EFR), ce titre est accordé à des enseignants-chercheurs, des chercheurs statutaires ou des post-doctorants sous contrat qui sont accueillis pour une durée d’un semestre renouvelable, pour contribuer à la réalisation d’un programme scientifique en collaboration avec l’EFR.

Pour en savoir plus

Le programme de soutien à la mobilité internationale du CNRS vers l’École française de Rome

Le CNRS et l’École française de Rome ont mis en place un nouveau dispositif de mobilité destiné aux chercheurs du CNRS, aux enseignants-chercheurs et aux ingénieurs de recherche rattachés à une unité sous tutelle du CNRS.

Le projet de recherche du candidat doit s’inscrire explicitement dans l’un des cinq axes de recherche développés par l’École française de Rome et venir dans la mesure du possible à l’appui de l’un de ses programmes.

Pour en savoir plus

D’autres modalités d’accueil à l’École française de Rome

Fort de ses partenariats, l’École française de Rome reçoit également, en fait de jeunes chercheurs, des doctorants contractuels en mobilité internationale ainsi que des pensionnaires de la fondation Thiers.

L’École française de Rome accueille aussi des chercheurs expérimentés dans le cadre du programme européen des Actions Marie Skłodowska Curie.

Les agents titulaires du CNRS ont la possibilité d’exercer leurs activités à l’École française de Rome en étant placés dans l’une des positions administratives prévues par le statut général de la fonction publique : mise à disposition, détachement, mise en disponibilité.

Pour en savoir plus


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search