« Le rêve américain n’est pas qu’une idée » Le programme France-Stanford, témoignage d’un ancien boursier

Par Christophe Perrin, chargé de recherches au FNRS, Institut supérieur de philosophie – Université catholique de Louvain, boursier du France-Stanford Center for Interdisciplinary Studies en 2014/15

CPTout d’abord merci de me donner l’occasion de faire partager mon expérience. La meilleure façon pour moi de répondre à vos questions sera de vous expliquer d’abord comment ce séjour à Stanford m’a été proposé, puis comment la très généreuse bourse du France Stanford Center m’a été attribuée, cela presque malgré moi – en tout cas à ma plus grande surprise. Comme quoi…

« L’idée de débattre de vive voix et sur un temps propice à un véritable échange de fond » …

Tout commence fin 2012. En posant la question « De quoi Heidegger est-il le penseur ? » dans la communication par laquelle, le 17 octobre, j’entamais à Paris mon séminaire au Collège International de Philosophie intitulé Qu’appelle-t-on la pensée ? Le philosopher heideggérien, je ne me doutais pas du grand intérêt qu’allait porter à ce travail le Professeur Thomas Sheehan, l’un des plus éminents spécialistes américains de Heidegger, en poste à Stanford University.

USA 137

Memorial Church, Stanford

Ayant eu vent de cette communication, celui-ci m’a alors écrit pour m’en demander le texte. Un an plus tard, lors d’une séance de séminaire à Lancaster University le 9 octobre 2013, il offrait une conférence dont le titre, « What, after all, was Heidegger about? », ressemblait fort à celui du propos qui avait été le mien.

Et c’est sous le même intitulé qu’il présenta ensuite à Limerick, Helsinki et Falmer le même exposé, contribuant, de par sa renommée, à la large diffusion, au sein des études heideggériennes, de la question dont j’étais l’auteur. C’est alors moi qui lui ai écrit pour lui demander son texte, et une correspondance a commencé entre nous, nourrie surtout de nos divergences. Car si Thomas Sheehan et moi-même partageons la même question, nous n’y répondons pas de la même façon. D’où l’idée d’en débattre de vive voix et sur un temps propice à un véritable échange de fond : un séjour de quatre mois.

Pour ce faire, Thomas Sheehan m’a donc proposé de solliciter pour moi des autorités de son Université le statut de visiting scholar, statut très honorifique à Stanford mais n’ouvrant droit à aucun traitement.

« La procédure pour soumettre une candidature est incroyablement aisée »55.

Après l’examen de mon dossier par le département de Religious Studies, j’ai alors reçu une lettre d’invitation de son doyen, très claire quant à la nécessité qui était la mienne de trouver des fonds pour rendre possible ce qui m’était désormais permis : me rendre en Californie pour y travailler. Me sachant français et ayant vu circuler l’appel à candidature pour une bourse du France-Stanford Center for Interdisciplinary Studies, mon hôte m’a alors conseillé de me renseigner. Ce que j’ai tout simplement fait en consultant le site très bien fait de cette belle institution. Je ne peux qu’y renvoyer : http://francestanford.stanford.edu/.

S’y trouvent exposés les buts, les projets et les programmes d’aide aux chercheurs de ce centre très ouvert qui entend financer les recherches prometteuses de scholars français méritants, le tout en toute simplicité. En toute simplicité car la procédure pour soumettre une candidature est incroyablement aisée : le formulai re fait moins d’une page ; on y joint un CV, un projet de recherche, la preuve qu’un académique est prêt à nous accueillir sur place ainsi qu’une ou deux lettres de recommandation après avoir indiqué le montant de la somme que l’on aimerait se voir allouer.

Inutile de dire, vu le prestige du lieu, que les références produites doivent être de premier ordre. Pour faire ses preuves comme on dit, il faut en un sens les avoir déjà faites mais, plus encore, rester soucieux de les faire en partant du principe qu’aucune des faites n’est parfaite…

Memorial Courtyard, Stanford

Memorial Courtyard, Stanford

« Nous autres Français ne sommes guère habitués à parler franchement d’argent »

Néanmoins, le plus difficile me semble rétrospectivement d’estimer le montant à demander, car nous autres Français, sinon Européens, ne sommes guère habitués à parler franchement d’argent – donc à parler chiffres et nombre de zéros.

Or, business is business. J’ai donc procédé de manière élémentaire. M’étant renseigné sur les logements les plus modestes sur place – rarissimes – et leur prix – exorbitant –, j’ai, pour 4 mois, multiplié par 4 le montant mensuel d’une location de la chambre d’étudiant la plus spartiate auquel j’ai ajouté le prix d’un aller-retour Paris/San Francisco… Le total était de 11 184 dollars. Ce que j’ai indiqué dans mon formulaire, plutôt honteux. Et l’on m’en a offert 12 000, moins de deux mois après.

« Le motto local “Work hard, play hard” »280.

A la simplicité de la démarche s’ajoutent donc la rapidité des décideurs et la générosité des bailleurs. Le rêve américain n’est pas qu’une idée. Vu sous cet angle, c’est une réalité, crevant d’autant plus les yeux lorsque l’on arrive sur le campus où les pierres gorgées de soleil se disputent avec les palmiers qui leur font de l’ombre. Qu’à cela ne tienne, il fait bien frais dans les bibliothèques aux ressources gigantesques et où, très vite, s’apprend le motto local : « work hard, play hard ». La cheville ouvrière du France-Stanford Center for Interdisciplinary Studies, Isabelle Collignon, l’explique et l’applique d’ailleurs très bien. Souriante et plus que sympathique, elle est la personne de référence pour tout conseil facilitant une résidence de recherche évidemment inoubliable.

L’appel du France-Stanford Center est ouvert à candidatures jusqu’au 15 mars 2016.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search