Le financement de la recherche par projet: un système qui fait débat

Fund it œuvre pour promouvoir l’internationalisation de la recherche. Cette croissance de l’internationalisation coïncide avec le développement de la pratique du financement par projet. Mais qu’appelle-t-on « appel sur (ou par) projet » ? Et pourquoi fait-il débat ? Voici un tour d’horizon des grandes questions qui l’animent.

Le financement sur (ou par) projet repose sur une procédure d’appels d’offres, appelant la soumission de propositions par des équipes de recherche constituées en « consortium », puis la sélection et l’évaluation des projets par des experts qui décident d’accorder tout, ou une partie, du financement pour une durée déterminée en vue de la réalisation du projet.

Des capacités d’initiative et une place dans le paysage de la recherche internationale

  • La capacité d’initiative des chercheurs

Le principal objectif de la mise en place d’appels à projets est de promouvoir la capacité d’initiative des chercheurs et de les encourager à proposer des projets innovants. De plus, afin de répondre à la question de la liberté du chercheur, la communauté scientifique a plaidé pour le renforcement des « programmes blancs ».

  • Un contexte de compétition internationale

Les financements par projets donnent aux équipesfundit financement recherche sciences humaines et sociales davantage de moyens et les mettent au diapason des formations des pays voisins. Ce modèle, déjà présent en Allemagne avec la Deutsche Forschungsgemeinschaft (DFG), en Suède, au Japon ou en Chine, permet aux chercheurs français de mieux s’intégrer dans le paysage de la recherche internationale, et de jouer un rôle de leader dans les consortiums européens.

  • Une procédure d’évaluation souvent complexe

La procédure d’évaluation a beaucoup fait débat. Néanmoine, une évaluation n’est jamais le fait d’une seule expertise. Un projet retenu a toujours été évalué plusieurs fois, et parfois examiné en deux phases. Les critères d’évaluation sont transparents et publics. Le système de nomination des évaluateurs garantit un maximum d’impartialité et d’efficacité, en exigeant le strict respect des règles concernant les conflits d’intérêts.

Un rapport argumenté, ne reflétant pas la seule opinion des rapporteurs, mais aussi la teneur des remarques de l’ensemble du panel validé par le président du comité, est souvent transmis au porteur du projet. Ce rapport permet d’améliorer son projet dans la perspective d’une nouvelle candidature éventuelle.

Précarisation, affaiblissement stratégique et industrialisation du travail de recherche

  • La précarisation du métier de chercheur ?

Selon certains critiques ce système augmente la précarité des chercheurs.ses, puisqu’il s’agit d’un financement limité dans le temps.  Les agences de financement n’ont pas vocation à engager des chercheurs à vie, ce qui peut les mettre en péril.

fundit financement recherche sciences humaines et socialesNéanmoins, l’obtention d’un financement dans le cadre d’un appel à projets améliore significativement le dossier d’un postdoctorant, lui donnant de meilleures chances d’intégrer le monde de la recherche. Les premières enquêtes menées par l’ANR à ce sujet le confirme. En Allemagne, les postdoctorants recrutés dans le cadre du programme Exzellenzinitiative ont largement compté dans les résultats obtenus ensuite aux différents AAP de l’ERC.

  • Les capacités stratégiques des laboratoires de recherche

Avec l’arrivée de ce type de financement on a assisté à une diversification des sources de financements : ministères : 41% des financements sur projet, agences (l’Anvar, l’ARNT, l’ADEME) : 27% et institutions internationales (Union européennes) : 32%, une part importante des financements viennent aussi de collectivités territoriales et des industriels et associations.

Une division croissante entre opérateurs de recherche (établissements d’enseignement supérieur, universités et écoles, la recherche : CNRS, Inserm, Inra…) a également eu lieu. Cette division  a remis en question le pilotage des laboratoires par leurs établissements de tutelle (CNRS, Inserm, universités…), qui accordent de moins en moins de « crédits récurrents » ou de « fonctionnement » aux laboratoires. C’est pourquoi, selon certains, les crédits « fléchés » des financements par projet affaibliraient la capacité stratégique des laboratoires et leur capacité à orienter leur politique scientifique.

  • Recherche fondamentale et pluridisciplinarité

On parle également d’une perte de légitimité de la recherche fondamentale, jugée moins efficace et faisant rarement l’objet d’appels à projet. Les financements sur projet soutiendraient des projets déjà engagés, que les chercheurs préfèrent présenter aux vues des taux de réussite aux appels à projets, et au détriment des projets plus exploratoires. Ils permettent pourtant d’influer sur la réticence de beaucoup d’équipes à l’égard de la pluridisciplinarité et atténuent le replis des laboratoires sur eux-mêmes.

  • L’industrialisation du travail de recherche

Il est reproché aux financements par projet de mener à une « industrialisation de la recherche», invoquant, entre autres, le travail de montage de projet, la mise en forme laborieuse des projets ou le suivi imposé (justification des dépenses, livrables…).

Les équipes de recherche sont également soumis au rythme des échéances imposés par les agences ou les financeurs, ce qui les contraints à réaliser des projets en respectant des délais, parfois sans distinction entre les différents projets. Mais, pour beaucoup de chercheurs et chercheuses cette contrainte de temps est bénéfique, voire essentielle pour l’aboutissement de leur travail de recherche.

Dans tous les cas, et malgré les critiques justifiées, le système du financement sur projet joue un rôle essentiel dans la recherche afin de pallier aux financements insuffisants des tutelles ou établissements.

***

Retrouvez tous les derniers appels à projets en SHS sur fund┋it

Sources :

Le financement sur projet : quelles conséquences sur le travail des chercheurs ? par Matthieu Hubert et Séverine Louvel

Le financement de la recherche sur projet : pourquoi et comment ? par Jean Michel Roddaz 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.