La France face à la mobilité internationale croissante des talents

L’interview de Cécilia Garcia Peñalosa, directrice de recherche CNRS au sein du Groupement de Recherche en Économie Quantitative d’Aix-Marseille et membre de l’École d’économie d’Aix-Marseille, a été réalisée par Armelle Leclerc et a été initialement publiée dans la Lettre de l’INSHS n° 45. Ses travaux de recherche portent notamment sur l’économie du développement, l’économie du travail et la macro-économie. En mai 2016, Cécilia Garcia Peñalosa a produit pour le Conseil d’analyse économique (CAE), avec l’économiste Étienne Wasmer, une note sur la mobilité internationale des talents. Elle revient dans cet entretien sur les principaux enjeux de cette mobilité. Nous remercions Armelle Leclerc et l’INSHS-CNRS de nous permettre de republier cet article.

Plus de trois millions de personnes nées en France vivent actuellement à l’étranger. L’expatriation de jeunes actifs aurait même tendance à augmenter ces dernières années. Quelle est la situation aujourd’hui en France et comment notre pays se positionne t-il parmi ses voisins européens ?
Effectivement, plus de trois millions de personnes nées en France vivent à l’étranger, selon les estimations de l’Insee. Parallèlement, les données de recensement indiquent que début 2013, 5,8 millions de résidents en France sont nés à l’étranger de nationalité étrangère, et que 39 % de ces personnes entrées en France en 2012 sont diplômés du supérieur. Le débat sur l’expatriation des Français a été en grand partie motivé par les évolutions récentes car notre pays connaît une forte augmentation des départs de jeunes actifs depuis trente ans, avec un taux qui a doublé, passant de 1 % à 2 % de la population. Mais ce chiffre reste très bas par rapport à ce qu’on voit chez nos voisins européens : en Allemagne, il est de 4 % environ et au Royaume-Uni, c’est 7 % de la population âgée de plus de 25 ans qui choisit de s’installer dans un autre pays depuis les années 90. En comparaison, la France exporte peu de travailleurs qualifiés. Pourtant, nous prévoyons des départs de plus en plus importants, car les expériences d’autres pays indiquent que les tendances que nous observons aujourd’hui vont probablement continuer dans les décennies à venir.

Quel est le profil de ces actifs qui s’expatrient ? Faut-il se réjouir ou bien s’inquiéter de cette mobilité ?
Ce sont ceux qu’on appelle les « talents ultra mobiles », majoritairement des scientifiques et artistes, ou encore des entrepreneurs. Les étudiants ayant suivi des formations techniques et les ingénieurs issus des grandes écoles sont surreprésentés dans les statistiques parce que la France en forme beaucoup, de très bon niveau, et qu’ils sont recherchés à l’étranger. Les écoles de commerce françaises placent aussi beaucoup d’étudiants à l’étranger. Dans les autres disciplines, on manque d’informations. Le système universitaire n’assure pas de suivi de ses étudiants et il n’y a aucune obligation pour un Français à l’étranger de se faire recenser.

Afin de mesurer la perte de « talents », on peut comparer la visibilité des scientifiques qui restent dans leur pays et de ceux qui partent, celle-ci étant mesurée à travers l’impact des publications. Les gagnants nets semblent être principalement le Royaume-Uni, les États-Unis et l’Espagne, les perdants nets des pays comme l’Italie. La France n’est, selon ces chiffres, ni gagnante ni perdante : la « visibilité » des scientifiques nés à l’étranger et travaillant en France est équivalente à celle des scientifiques nés en France et travaillant à l’étranger. Cependant, il y a des différences entre disciplines avec un déficit, par exemple, pour les physiciens. D’une façon plus générale, à partir des pages Wikipédia des personnes « notables », il apparaît que les personnes ayant quitté la France ont une « visibilité » plus grande que celles entrées en France. Ainsi, il semble que la France perd plus de « talents » qu’elle n’en reçoit, même si l’impact sur la productivité est difficile à évaluer.

En principe, la mobilité est positive à la fois pour l’individu et le pays. L’individu acquiert de nouvelles expériences, il rencontre des opportunités d’apprentissages, crée des contacts qui vont enrichir ses capacités professionnelles. Pour le pays, les études montrent que l’émigration des talents développe les liens commerciaux  et favorise les exportations et la croissance. Une augmentation de 10 % du nombre de migrants entre deux pays stimule le commerce bilatéral de 1 %. C’est beaucoup !

En revanche, on constate déjà une perte nette de talents susceptible, à terme, d’avoir une incidence sur la croissance du pays. Même si ces départs pèsent encore peu sur le système de protection sociale français, il faut préparer l’avenir. À l’âge où, normalement, ils devront contribuer par leur travail à équilibrer les comptes sociaux et à rembourser le coût de leur formation initiale, ces individus qualifiés le feront dans d’autres pays développés, notamment anglo-saxons. il n’est donc pas question de freiner les départs, mais de faire en sorte qu’ils soient remplacés. il faut réfléchir à une adaptation de notre système de protection sociale à un monde mobile.

Quelles sont vos recommandations pour retenir ou faire revenir ces jeunes actifs ? Comment rendre notre pays suffisamment attractif pour attirer les jeunes étrangers qualifiés ? Quel rôle l’enseignement supérieur français peut-il jouer pour améliorer cette attractivité ?
D’abord, le système de retraites français représente un frein à la mobilité. La génération des 25-35 ans qualifiés veut bouger, changer d’emploi et de pays, acquérir des expériences variées. Or, le système français continue de fonctionner sur l’idée d’un emploi à vie dans le même domaine d’activités. Les salaires y dépendent beaucoup de l’âge, les systèmes de retraite ne sont pas les mêmes selon les secteurs, la mobilité entraîne une pénalité. si vous travaillez une partie de votre carrière à l’étranger, votre retraite risque de ne pas être complète, vous aurez des pénalités importantes de retour en France, même si vous y avez cotisé pendant 20 ans. il faut par conséquent renforcer les accords avec les pays qui, comme l’Allemagne, ont un système de retraite public. Mais cela ne suffit pas. Dans la note du CAE, nous proposons que la retraite puisse être calculée en proportion du nombre d’années travaillées en France. Faciliter les mobilités de courte durée est aussi important et un nouveau dispositif introduit en décembre 2015 va d’ailleurs dans cette direction. Un individu qui a travaillé moins de deux ans en France peut désormais demander à percevoir ses cotisations d’assurance vieillesse au moment de quitter le pays. il n’abandonne pas derrière lui le montant de ses cotisations. C’est le type de politique qui favorise les retours/arrivées des individus qualifiés car ils peuvent passer une période en France sans que cette expérience ait un coût financier important pour eux.

En revanche, l’idée de quitter la France pour payer moins d’impôts est à mon avis dépassée. De nombreux facteurs contribuent à la mobilité et la réflexion ne peut pas se limiter à un débat sur la baisse de l’impôt. D’ailleurs, un pays peut être attractif avec une imposition élevée — regardez la Suède ! Ce qui fait la différence avec la France, c’est la visibilité. Le système fiscal en Suède est transparent et stable, on sait qu’on y paye des impôts en échange de services et d’une qualité de vie. Au contraire, le système fiscal français est complexe, peu lisible et changeant, ce qui crée de l’incertitude pour les salariés et ajoute une part de risque supplémentaire pour les entrepreneurs. La France communique peu sur ce qu’elle propose en échange des cotisations. Or, les jeunes professionnels ambitieux peuvent aussi fonder une famille, apprécier les modes de garde et chercher les écoles publiques de qualité qu’on trouve en France. il devient fondamental de stabiliser le système fiscal et de faire comprendre que notre fiscalité élevée a une contrepartie qui peut être très attractive pour ces professionnels.

L’enseignement supérieur joue aussi un rôle important. La France est le troisième pays d’accueil en Europe pour les étudiants étrangers, mais ils sont peu nombreux à s’y installer ensuite pour travailler. Sur 100 jeunes étrangers qui font leurs études en France, nous n’en conservons que 4 comme travailleurs qualifiés, contre 23 aux Pays-Bas et 47 au Royaume-Uni. Deux voies s’ouvrent pour améliorer ce « taux de rétention ». D’abord, il faut renforcer la politique d’accueil de ces jeunes qualifiés. L’obtention d’un permis de séjour en France nécessite plusieurs passages en préfecture, des files d’attente. Des progrès ont été réalisés avec la création notamment du « passeport talent » qui vise à attirer les étrangers qualifiés en simplifiant les démarches mais il reste peu connu et il faut aller plus loin dans la simplification. Dans nombre de pays, tout va plus vite, un contrat de travail permet d’effectuer les démarches administratives en ligne avant d’arriver ou l’entreprise qui recrute peut s’en charger elle-même. De ce point de vue, la France n’est pas concurrentielle.

Ensuite, la France attire beaucoup d’étudiants étrangers du fait de la gratuité de son enseignement supérieur et non de la qualité de ses formations, ce qui n’est pas idéal. Former des étrangers et retenir ces jeunes qualifiés nécessite ainsi une politique d’éducation supérieure ambitieuse et sélective. La sélection est un aspect fondamental d’un système éducatif et plusieurs études ont montré — par exemple, dans des lycées en Israël — qu’elle améliore les résultats non seulement de ceux qui sont dans les institutions avec un niveau plus élevé mais aussi de ceux qui sont dans un lycée moins ambitieux. En effet, face à une population d’élèves plus homogène, les enseignants sont plus performants. Aujourd’hui, nous avons un système qui permet la sélection dans certaines formations du supérieur, par exemple les IUT, et l’empêche à l’Université. Ça n’a pas de sens !

L’amélioration de nos formations passe aussi par une augmentation des moyens. Dans le contexte des finances publiques actuel, il est difficile de voir comment les dotations publiques pourront augmenter. La solution anglaise a été de rendre les études supérieures payantes : l’individu paye sa formation et s’il décide de partir ensuite, cela n’a pas de conséquences sur le système. C’est aussi le modèle américain où les étudiants ont massivement recours à l’emprunt. Cela pose des problèmes d’inégalités d’accès à l’éducation et peut diminuer le niveau d’études général dans un pays. Des solutions sont envisageables dans un système majoritairement public. il est possible de mettre en place une politique européenne de compensations entre les différents systèmes d’enseignement public. Les pays scandinaves ont déjà créé un tel système : le pays d’origine reverse un financement au pays qui accueille. C’est un système vertueux car les universités ont intérêt à attirer des étudiants étrangers et donc à proposer des formations de qualité.

Une  deuxième  proposition  est  d’introduire,  dans   le   système d’enseignement supérieur public, le principe de co-paiement différencié pour les étudiants hors Union européenne. Pourquoi le contribuable français devrait-il financer les études de personnes qui, en majorité, ne vont pas rester en France ? En payant leurs formations, ces étudiants étrangers contribueront  à augmenter les ressources des universités, leur qualité et leur attractivité. Cela n’empêchera pas le Ministère des Affaires étrangères et du Développement international d’accorder des bourses aux étudiants de pays qu’il souhaite aider à se développer.


Pour aller plus loin

capture-decran-2017-01-30-a-15-27-59Note du CAE n° 31
Plus de trois millions de personnes nées en France vivent à l’étranger, selon les estimations de l’INSEE. On sait peu de choses sur ces personnes, leurs liens avec la France, sur le fait qu’elles participent ou non au rayonnement de notre pays. Avons-nous formé des élites « à perte », pour contribuer au dynamisme d’autres pays que le nôtre, ou bénéficions-nous de leurs liens, de leurs retours d’expérience et d’autres formes intangibles de bénéfices pour la société ? Parallèlement, savons-nous attirer les talents étrangers ? Dans cette nouvelle Note du CAE, les deux auteurs, Cecilia Garcia Penalosa et Etienne Wasmer tentent de poser un diagnostic sur ce sujet pour lequel on manque de données fiables. Ils réfléchissent aux enjeux posés par une mobilité internationale croissante des personnes les plus qualifiées, et formulent des recommandations en matière de financement de l’enseignement supérieur, d’accueil des talents étrangers et de portabilité des droits à la retraite.

Consulter la note du CAE en ligne


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *