L’IMéRA : un institut d’études avancées tourné vers l’avenir !

Après l’incorporation de l’IMéRA dans Aix-Marseille Université (AMU) en 2013, l’institut a connu des mutations profondes grâce à un environnement scientifique et institutionnel plus favorable, qui a en particulier conduit à la mise en œuvre d’un mode de sélection des résidents répondant aux plus hauts standards internationaux. L’inauguration d’un nouveau bâtiment en juin 2015 a permis à l’IMéRA d’atteindre sa capacité d’accueil de 140 mois-chercheurs par an. La vingtaine de résidents présents développe une activité scientifique intense qui se traduit notamment par l’organisation de nombreux événements scientifiques. Cette évolution véritablement positive de notre institut nous oblige à aller de l’avant pour parachever sa transformation en authentique institut d’études avancées de taille et vocation internationales, et assurer sa pérennité dans un contexte budgétaire encore indéfini. Afin de répondre à ces défis, une nouvelle stratégie scientifique a été mise en place en septembre 2016.

lieu-_-cStratégie et politique scientifiques

Trois axes d’action stratégiques ont été privilégiés.

Community Building

L’activité de community building, distincte des instituts d’études avancées, devient la force motrice centrale de la production scientifique de l’IMéRA, avec deux modalités essentielles :

  • un Community Building Seminar (CBS) qui se veut innovant sur le fond et sur la forme, de fréquence hebdomadaire et de durée de référence de 2 heures. Les résidents sont sollicités avant leur arrivée et le contrat scientifique entre l’institut et les résidents est finalisé dès leur arrivée. Les incitations économiques sont clairement formulées, elles font partie du nouveau modèle de gestion de l’institut : priorité de financement est donnée aux activités de création interdisciplinaire jointes, le reste des activités proposées par les résidents sera moins financé, le cas échéant principalement sur les budgets de formation doctorale et ateliers socio-économiques, typiquement excédentaires. Les cycles doctoraux interdisciplinaires proposés par les résidents sont organisés dans le cadre du Collège Doctoral d’AMU, et donnent donc droit à crédits, ce qui assure une présence estudiantine de qualité et une dissémination originale et efficace des approches interdisciplinaires.
  • Incubation intertemporelle de projets individuels tels que les bourses ERC. L’IMéRA sera attentif au développement des programmes de recherche démarrés en son sein. L’institut financera de courts séjours pour les résidents désireux de rendre compte des progrès dans leur recherche incubée à l’IMéRA. Plus encore, en collaboration avec le service d’AMU pleinement dédié à cette fonction, notre institut offrira à ses résidents de toute promotion la possibilité de préparer des projets ERC en son sein, à la condition que l’institution d’accueil du projet soit l’IMéRA.

Structuration de l’activité scientifique

L’activité scientifique est organisée en 6 programmes au périmètre très large. Cette organisation ne vise nullement à cloisonner la recherche et encore moins à flécher les recrutements. Elle a pour but principal de structurer la production scientifique, ce qui est rendu nécessaire par l’explosion des événements abrités par l’institut. Elle vise également à donner une visibilité suffisante aux activités de l’IMéRA et à terme, à renforcer son identité.

Les 6 programmes actuels peuvent être regroupés en 2 catégories. D’abord, les programmes structurels : ce sont les programmes qui font l’identité « génétique » de l’IMéRA. Ils sont au nombre de 3 : le programme Méditerranée, le programme Arts, Science et Société et le programme Rencontres entre Sciences et Humanités. Ensuite les programmes thématiques pluriannuels : ces programmes sont en principe à l’intersection des projets de recherche des résidents et ceux des laboratoires phares d’AMU, mais peuvent également servir à signaler des domaines de recherche d’intérêt particulier pour l’institut pour des périodes données. Ils sont également au nombre de 3 actuellement : programme Développement Durable, programme Énergie et programme Migrations et Frontières. Chaque programme est constitué de cycles, de conférences, séminaires et cours doctoraux et inclut également les activités des chaires rattachées au programme. La cohérence, la qualité et l’interdisciplinarité de la programmation sont supervisées par un directeur de programme. Les cycles sont les lieux de rencontre entre les résidents et les chercheurs AMU, souvent issus des LABEX de l’université. Au contraire, les chaires visent à lancer des partenariats stables avec des institutions importantes en dehors d’AMU, ce qui assure non seulement la viabilité de l’institut mais également son rayonnement national et international. Elles sont au nombre de trois actuellement : la chaire Développement Durable (en partenariat avec l’IRD), la chaire Migration Studies (en partenariat avec la fondation Fulbright) et la chaire Oncologie (en partenariat avec le SIRIC).

Publications

Pour assurer une visibilité forte et pérenne de ces activités, trois vecteurs de dissémination sont privilégiés. D’abord, l’IMéRA publiera un rapport scientifique tous les ans en février, avec les architectures des programmes ci-dessus déclinés comme éléments structurants. Un blog de type Carnet Hypothèses (CLEO), intitulé Cahiers des Fellows de l’IMéRA, sera opérationnel à la mi-novembre à l’adresse http://imera.hypotheses.org/. Reflets fidèles du programme de recherche de l’IMéRA, qui est intrinsèquement dynamique et endogène puisqu’il dépend des profils des résidents sélectionnés et de leurs interactions, les Cahiers diffusent aussi bien les recherches interdisciplinaires sur des objets scientifiques de première importance, comme le développement durable ou les migrations, que des explorations plus spéculatives sur l’interface entre sciences et humanités ou sur l’interface entre arts, sciences et technologies. Enfin, une revue (aussi basée dans CLEO) intitulée Advanced Interdisciplinary Studies sera « construite » au long de l’année académique 2016-2017.


3658chdelory-2016L’IMéRA depuis 2007

• Mai 2007 : création de l’association de préfiguration AP-IMéRA
• Septembre 2008 : ouverture de l’institut sur le plateau Longchamp, au centre de Marseille

L’idée de fonder un Institut d’études avancées dans la région d’Aix-Marseille a pris forme en 2007 avec l’inscription du projet dans le Contrat de Plan État/Région et le choix de l’installation de l’IMéRA sur le plateau Longchamp à Marseille par décision municipale. Créé sous forme d’association loi 1901 par les trois universités d’Aix-Marseille et le CNRS, l’IMéRA est devenu en 2013 Fondation de l’Université d’Aix-Marseille (AMU), née de la fusion des trois universités le 1er janvier 2012.

Le projet intellectuel de l’IMéRA s’est construit à partir d’un collectif de chercheurs de toutes les disciplines qui se sont rencontrés chaque semaine pendant des mois autour de l’initiateur du projet, Robert Ilbert, pour définir l’orientation scientifique de l’institut : l’expérimentation de l’interdisciplinarité la plus large dans un espace partagé par toutes les disciplines scientifiques, les humanités et les arts.

En septembre 2008, l’institut a commencé ses activités sur l’ancien site de l’Observatoire d’Astronomie de Marseille-Provence. Il a connu deux phases de travaux pour rénover d’abord la Maison des astronomes, siège historique de l’Observatoire construit sous le Second Empire (2010-2011), puis un bâtiment moderne des années 1960 où travaillaient astronomes et astrophysiciens (2014-2015). Ces travaux ont été financés par l’État, la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, le Centre National de la Recherche Scientifique et la Ville de Marseille, l’Université d’Aix-Marseille prenant en charge l’équipement des locaux.

• Janvier 2013 : l’association devient la Fondation universitaire IMéRA au sein d’Aix-Marseille Université

L’IMéRA dispose aujourd’hui de 14 logements, 2 salles de séminaire (50 et 30 places), de bureaux et de salles de réunion ainsi que d’espaces de convivialité. Situé dans un parc paysager au cœur de Marseille, il offre les meilleures conditions pour l’accueil des résidents et la construction d’une communauté intellectuelle interdisciplinaire. Il a atteint en 2015 son régime stationnaire avec 140 mois-chercheurs invités par an.

• Juin 2015 : inauguration officielle de l’institut à l’issue des travaux de réhabilitation • Avril 2016 : entrée de l’IMéRA dans le réseau européen des instituts d’études avancées NETIAS

L’institut accueillait ses premiers résidents en septembre 2009. Il en a reçu plus de 100 depuis, dont une vingtaine d’artistes, pour des séjours de 3 à 10 mois, ainsi qu’une dizaine d’équipes interdisciplinaires pour 2 à 4 semaines.

Parce qu’ils travaillent dans un institut « university based » ouvert sur la cité, les résidents y développent leur projet de recherche tout en partageant leurs méthodes et interrogations avec les autres résidents mais aussi avec les acteurs régionaux de la recherche et de la création, pour tisser de nouveaux liens scientifiques et humains au-delà de la résidence.

Depuis 2015, la Fondation IMéRA est présidée par le cancérologue Dominique Maraninchi et dirigée par l’économiste Raouf Boucekkine.

4608%e2%88%8fchdeloryEn savoir plus

Fondation de l’Université d’Aix-Marseille, l’IMéRA est un Institut d’Études Avancées. À ce titre, il est membre du Réseau Français des Instituts d’Etudes Avancées (RFIEA) et du Réseau Européen des Instituts d’Etudes Avancées (NETIAS, programme EURIAS). L’IMéRA accueille des chercheurs et des artistes en résidence (entre 3 et 12 mois selon les appels à candidatures) et quelques équipes multidisciplinaires porteuses d’un projet collectif pour des séjours de courte durée. Les résidents y poursuivent leur propre projet de recherche en lien avec des équipes et des laboratoires d’Aix-Marseille.

Les recherches accueillies à l’IMéRA développent les interactions entre sciences humaines et sociales (SHS), entre sciences, entre SHS et sciences exactes, expérimentales, et de la santé, ainsi que les relations entre arts et sciences. Elles explorent et développent les espaces qui peuvent s’ouvrir entre disciplines, et les nouveaux objets qui peuvent s’y constituer.

L’IMéRA a pour objet de contribuer à l’émergence et au développement de démarches interdisciplinaires de recherche de rang mondial, et à la préparation des jeunes chercheurs à ces démarches, sur le territoire de l’Université d’Aix-Marseille.
Être résident à l’IMéRA
L’IMéRA lance en début d’année académique un appel général et des appels spécifiques en partenariat avec des structures de recherche (Inserm, LabexMed, OT-Med, BLRI, AMSE, IRD, SIRIC, MuCEM et Fullbright Commission).

Pour en savoir plus : http://imera.univ-amu.fr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *