De nouvelles opportunités pour la coopération franco-allemande : « Originalitätsverdacht : Konstellationen » de la VolkswagenStiftung, témoignage d’un boursier

Par Han Lamers, chercheur en postdoctorat à l’université Humboldt de Berlin, actuellement boursier du programme « Original, isn’t it? = Originalitätsverdacht »lamers

Pour les chercheurs français qui désirent resserrer les liens avec leurs collègues allemands, la fondation VolkswagenStiftung offre de belles opportunités. Depuis 2015, le programme de financement « Originalitätsverdacht : Konstellationen » met à disposition des fonds pour la recherche fondamentale et exploratoire dans le domaine des sciences humaines. La procédure de candidature est relativement simple et les opportunités sont très attrayantes, même si le taux de réussite est peu élevé au premier tour (au-dessous de 5%).

Avec ce programme, la VolkswagenStiftung finance des équipes autour d’un projet pour une durée d’un an et demi et un financement maximal de 150.000 EUR. 673Les chercheurs doivent explorer un thème de recherche de manière commune afin d’en déterminer sa viabilité, puis de publier leurs conclusions dans un texte commun (article substantiel ou ouvrage). Quatre personnes au maximum peuvent soumettre un dossier de candidature ; le demandeur principal devant être affilié à une institution scientifique en Allemagne.

« Grâce à ce projet, j’ai pu diriger une équipe internationale »

En tant que chercheur en postdoctorat à la Humboldt-Universität de Berlin (HU), j’ai soumis en mai 2015 un dossier de candidature avec Toon Van Hal de l’Université de Louvain (Flandres, Belgique). À la suite d’un processus d’évaluation interne et externe, les résultats ont été publiés en octobre 2015. Notre projet « A Fresh Look Backwards : Scholarly Forgetting in the History of the Humanities » propose d’examiner dans quelle mesure la notion d’« oubli académique » peut jouer un rôle dans l’histoire des sciences humaines. Bien que cette histoire soit généralement présentée comme une histoire à succès de l’augmentation de connaissance, nous voudrions justement attirer l’attention sur ce qui tombe dans l’oubli et réfléchir à la façon dont nous pourrions détecter, analyser et comprendre les processus d’oubli dans l’histoire des sciences humaines.

AdobeStock_62791028Une partie des fonds acquis est mise à la disposition de l’équipe de Louvain directement par la Humboldt-Universität. En accord avec les institutions d’accueil, les fonds peuvent être utilisés avec une grande flexibilité, allant du recrutement du personnel à l’achat de livres et de logiciels. A la HU, par exemple, j’ai pu recruter un assistant pour m’aider à gérer les aspects pratiques de la recherche. Un assistant de recherche vient en support des recherches bibliographiques : il réalise des études de cas pertinentes et élabore un plan de doctorat dans le cadre du projet. Grâce à ce projet financé par la VolkswagenStiftung, j’ai pu diriger une équipe de recherche internationale.

Une procédure de candidature simple et efficace

Le dossier de candidature consiste en un plan de recherche sommaire qui fait au maximum trois pages. La place limitée nous force à présenter très soigneusement l’idée centrale. Contrairement à beaucoup d’autres procédures de demande il ne faut pas se préoccuper des « work packages » et des « milestones ». A côté de la proposition de recherche, il faut indiquer un budget approximatif pour tous les instituts participants. Il est aussi demandé de soumettre un rapport critique dans lequel il faut expliquer en trois ou quatre phrases (1) de quelle façon la recherche projetée est exploratoire, (2) pourquoi la VolkswagenStiftung est le partenaire financier le plus évident, (3) quelles sont les difficultés méthodologiques auxquelles on pourrait être confronté et (4) déterminer par avance le journal ou la collection qui pourrait publier les résultats de l’exploration collective.

AdobeStock_86219878Évidemment, le règlement financier d’un programme de recherche dans lequel plusieurs institutions internationales sont impliquées peut être très compliqué. C’est pour cela qu’il est très important d’en discuter avec toutes les institutions en Allemagne et en France et d’établir des accords clairs. Par exemple, la VolkswagenStiftung ne permet pas la réduction des frais généraux (‘overhead’) qui sont à la charge des institutions impliquées. Les universités allemandes connaissent bien ce principe, leurs partenaires européens moins. Pour éviter des délais au niveau du projet, il est conseillé de consulter pour ce type de questions le service juridique de votre institution bien avant de soumettre votre candidature.

« Encourageant les explorations plus aventureuses »

Peu de fonds dans le domaine des sciences humaines financent des programmes de recherche essentiellement fondamentaux : Alors que la recherche financée doit généralement être innovante, les résultats, quant à eux, doivent être prévisibles. C’est pour cette raison que l’« Originalitätsverdacht » offre une alternative de financement bienvenue, en encourageant les explorations plus aventureuses.

L’appel « Original, isn’t it? = Originalitätsverdacht » est ouvert à candidatures jusqu’au 17 novembre 2016.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *